Ce master innovant appréhende l’environnement depuis l’étude des sociétés et des cultures, en dialogue avec les sciences de la terre et du vivant, pour former des « experts généralistes » qui interviendront à l’interface du scientifique, du social, du culturel et du politique. Il souhaite offrir à des étudiants venus d’horizons divers les compétences nécessaires pour devenir des professionnels dans des secteurs variés, existants ou émergents, en France, en Europe, à l’international.

Présentation

La crise écologique et climatique contemporaine renvoie à la place que les humains occupent dans le monde, en lien avec les « autres » – humains et non-humains – hier et aujourd’hui. Elle révèle des enjeux sociétaux complexes liés au sens, aux identités, à la justice. C’est pourquoi les politiques environnementales, plus que de s’adresser à des secteurs bien identifiés répondant en silo à des problèmes, doivent être des « politiques du tout » qui appellent à des transformations profondes par une compréhension interdisciplinaire et systémique des défis écologiques.

L’ambition de ce parcours en humanités environnementales unique en France est de répondre au nécessaire décloisonnement face à ces grands enjeux, par une formation de haut niveau qui adopte l’interdisciplinarité comme fil conducteur. Une équipe de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (spécialistes de littératures classiques et modernes, francophones et étrangères, philosophie, histoire et civilisations, géographie, psychologie, droit, sciences politiques, planétologie, économie, biologie, chimie, architecture, anthropologie) a élaboré les contenus et les modalités de cette formation, en lien avec l’écosystème ligérien et les partenaires internationaux de Nantes Université.

Les compétences majeures associées à cette formation sont :

  • Identifier, sélectionner, analyser/synthétiser de manière critique des ressources spécialisées pour documenter un sujet ;
  • Mobiliser des savoirs spécialisés et innovants comme base d'une pensée originale ;
  • Gérer des contextes professionnels ou d'études complexes, incertains et qui nécessitent des approches stratégiques nouvelles grâce à une approche interdisciplinaire ;
  • Prendre des responsabilités, en respectant les principes d'éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale ;
  • Conduire un projet (conception, pilotage, coordination d'équipe, mise en œuvre et gestion, évaluation, diffusion) pouvant mobiliser des compétences pluridisciplinaires dans un cadre collaboratif ;
  • Communiquer à des fins de transfert de connaissances, à l’oral et l’écrit, en français et dans au moins une langue étrangère.
     

Contenu de la formation

Le parcours de master humanités environnementales s’effectue en deux ans en présentiel sur les campus de Nantes Université (au centre ville dans le quartier de la Création et dans le cadre verdoyant des bords de l’Erdre). Des cours théoriques, conférences et interventions de professionnels, enquêtes de terrain et projets permettront d’aborder les thèmes depuis une perspective professionnelle située.

L’ouverture que représente la création de Nantes Université (intégrant l’École des Beaux-Arts Nantes Saint-Nazaire et l’École d’Architecture de Nantes) permet d’intégrer des perspectives de l’architecture, de l’urbanisme et des arts. En outre, un travail avec des artistes facilite les conversations entre littératures, arts et sociétés, histoire et politiques, géographie et économie, et invite à répondre avec créativité à la complexité des questions environnementales dans différentes cultures et sociétés.

Un aspect essentiel du travail consiste pour les étudiants à mettre en place la cohésion du groupe en vue d’un travail coopératif et à acquérir ensemble des outils pour travailler avec des acteurs variés (restitution devant un public, mise en récit, articulation entre savoirs expérientiels et savoirs académiques, …).

Un voyage de terrain en immersion au début du M1 permettra de découvrir les enjeux environnementaux et de mettre en œuvre dès le début de la formation les méthodes de la recherche interdisciplinaire et les compétences liées au travail en groupe. Il s’agira de se confronter à une étude de cas par l’usage de méthodes de recherche diversifiées, d’une part, et de restituer des contenus scientifiques vers le grand public par des approches artistiques facilitées par des artistes et médiateurs, d’autre part. Cette première enquête de terrain favorisera l’apprentissage expérientiel, l’acculturation du groupe et la créativité.

Des stages, en France ou à l’étranger, complètent la formation au M1 et au M2.

Une partie significative des enseignements, lectures et évaluations se fera en anglais (les humanités environnementales sont nées en Australie et aux Etats-Unis), c’est pourquoi la maîtrise d’un bon niveau d’anglais (écrit et oral) est indispensable pour profiter pleinement de la formation. La maîtrise de l’espagnol pourra être valorisée le cas échéant par une évaluation en M1 comme en M2, même si aucun cours n’est dispensé en langue espagnole.

À la fin de la formation, l’étudiant-e sera capable de :

  • Déconstruire ses représentations sur l’environnement, appréhender les caractéristiques culturelles et linguistiques de contextes distincts, situer la compréhension de l'environnement et de la nature dans des contextes culturellement et historiquement marqués ;
  • Croiser les contributions de différents champs disciplinaires à un même sujet ;
  • Analyser une situation/ un cas dans son environnement historique, culturel, juridique, esthétique ;
  • Comprendre et s’exprimer aisément (à l’écrit et à l’oral) en français et dans au moins une langue vivante étrangère ;
  • Rechercher des informations, identifier des sources fiables et des travaux scientifiques récents, les trier en fonction de leur pertinence, pour produire un corpus et élaborer une revue de littérature ;
  • Produire, analyser et mobiliser des données quantitatives (cartographique, statistique, bases de données) et qualitatives (observation, entretiens) ;
  • Organiser des informations suivant un plan cohérent et équilibré pour rédiger un document d’analyse/de synthèse ;
  • Prendre en compte les normes et procédures en vigueur sur les questions environnementales et les appliquer avec discernement pour accompagner les interventions ;
  • Reconnaître et valoriser les différents points de vue existants sur une question ;
  • Respecter l'intégrité de la recherche et l'éthique professionnelle ;
  • Adapter son registre, son vocabulaire et son comportement au contexte culturel ;
  • Coopérer/ interagir avec un collectif d’acteurs pour créer/piloter un projet en lien avec l’environnement pour un contexte particulier ;
  • Concevoir/ modéliser des organisations/ des modes de fonctionnement ;
  • Construire une démarche et/ou un projet scientifique et le mener à bien ;
  • Maîtriser la divulgation scientifique et mettre en œuvre une médiation (écrite, orale) vers des publics divers, d’une culture vers une autre ;
  • Être capable de dialoguer et d’interagir avec des interlocuteurs et acteurs variés, de travailler en coopération, d’agir avec les autres ;
  • Mettre en œuvre un projet/ une étude sur une question environnementale dans une perspective interdisciplinaire.
     

 Et après ?

Il s’agit d’une formation nouvelle en France, pouvant déboucher directement sur des métiers existants et émergents dans des domaines très divers, ou se poursuivre vers un doctorat (bac+8) pour ouvrir sur les métiers de la recherche. Les masters en humanités environnementales existant en Europe incluent dans leurs débouchés des carrières dans les institutions/ domaines suivants :

  • organismes privés et publics en lien avec le changement climatique / en prise avec les enjeux d’habitabilité de la planète ; entreprises privées avec une forte composante RSE (Responsabilité sociétale et environnementale) ;
  • agences gouvernementales (locales, nationales, internationales) en charge du changement climatique et du développement durable (compétences transversales adaptées aux organismes tournés vers l’élaboration de politiques), ONG environnementales (locales, nationales, internationales), cabinets conseil environnementaux ;
  • carrières dans le champ du journalisme environnemental, expert en communication environnementale, relations publiques ;
  • carrières dans l’éducation, formelle ou informelle, à l’environnement ;
  • postes à responsabilité dans des organismes/institutions d’art environnemental et institutions culturelles, expertise en intermédiation, autres champs émergents ;
  • communication, films et médias liés à l’environnement ;
  • éco-tourisme.
     

Expériences à l'étranger

Les partenaires de Nantes Université dans l’alliance EUniWell (université européenne du « bien être ») ont conçu pour ce master un module de cours (en anglais) intégré dans la formation. De même, les étudiant-es pourront suivre des cours en distanciel accessibles en open education dans des universités à l’étranger.

Admission

Le master est ouvert aux étudiants titulaires d’une licence quelle qu’elle soit ayant un intérêt pour les thématiques traitées, avec un bon niveau en anglais écrit et oral.

Télécharger les attendus pour l'entrée dans ce master
Téléchargez les critères d'examen des candidatures
 

Professionnalisation – stages

Deux options professionnalisantes sont proposées au choix en M2 selon la profession envisagée : option Lettres, Arts, Cultures (LAC), option Politiques, Innovations, sCénarisation (PIC), selon une approche pédagogique par projet.

Stages (2 mois en M1, 4-6 mois en M2) et formation à la recherche font partie intégrante de la formation.

Réalisations étudiantes