• Un stage en entreprise est une période de formation pratique complémentaire à la formation académique.
Tout stage en entreprise fait l'objet d'une convention obligatoire entre l'entreprise/l'organisme d'accueil, votre établissement de formation et vous-même.

  • Des objectifs pratiques pour une démarche dynamique
    Le stage a des objectifs de formation. L'étudiant sera évalué sur les compétences et connaissances qu'il aura acquises pendant le stage. La recherche d'un stage s'apparente à celle d'un emploi : il faut cibler les entreprises dont l'activité correspond aux matières étudiées, envoyer votre CV accompagné d'une lettre de motivation et souvent passer un entretien.
  • Des soutiens pour faciliter vos recherches
    Votre établissement a la responsabilité de vous appuyer dans votre recherche : vos enseignants et votre établissement ont mis en place des services d'appui, disposant souvent d'un fichier d'entreprises recherchant des stagiaires. Le Pôle Emploi, les Chambres de Commerce et d'Industrie, les Chambres des métiers et d'agriculture sont autant d'organismes qui peuvent vous aider. La Faculté des Langues et Cultures étrangères dispose d'un Service de Documentation qui peut vous aider dans votre recherche ( RDC, Olivier Bonnier).

La convention de stage est obligatoire

Une convention de stage dûment signée et établie par votre secrétariat pédagogique est OBLIGATOIRE qu'il s'agisse d'un stage obligatoire (prévu dans votre cursus de formation) ou qu'il s'agisse d'un stage volontaire (dans le cadre prévu par la CFVU du 22/01/2015,  en dehors des périodes consacrées aux enseignements, aux examens... et sous réserve d'accord du Responsable de formation).

  • Toute modification d'une des clauses de la convention de stage initiale doit faire l'objet d'un avenant (ex. modification des missions/dates/lieu/montant de la gratification...).

Procédure pour obtenir une convention de stage LLCEr

  1. Remplir une demande de convention de stage (document téléchargeable depuis l'encadré "formulaires de stages"), la faire signer par l'entreprise/l'organisme  d'accueil et obtenir l'accord du responsable pédagogique de ce stage à l'Université (Enseignant référent ou Responsable de formation)
  2. Déposer la demande dûment complétée et signée au secrétariat pédagogique avec les pièces à joindre (une attestation de responsabilité civile, une copie de l'attestation de sécurité sociale et une enveloppe timbrée) au minimum 10 jours AVANT le début du stage en France (15 jours pour un stage à l'étranger). NB : aucune convention n'est établie a posteriori
  3. La convention est établie (en 3 exemplaires) par le secrétariat pédagogique (NB : aucune convention remplie par l'étudiant et/ou manuscrite ne sera signée par le Doyen) et envoyée à l'entreprise/organisme d'accueil

Informations règlementaires

  •  Gratification : obligatoire en France au-delà de 2 mois de stage (Base = 22 jours de stage effectifs/mois et 7 heures/jour de stage) : minimum légal de 15% du plafond horaire de la sécurité sociale au 1er sept 2015 soit 3,60€ /heure de stage effective (ex. : pour  22  jours de stage dans le mois et 7 heures de stage /jour une gratification minimum de 554,40€)
  • Couverture « Accident du travail » durant le stage - Stages à l'étranger
    • en cas de gratification < ou = au minimum légal : l'attention des étudiants est attirée sur la nécessité pour l'Université de faire parvenir, avant leur départ, une copie de la convention de stage - dûment signée - au Service des Relations internationales de la C.P.A.M de Nantes, pour une demande d'extension de droit relatif à la couverture des accidents du travail . Cela implique un délai minimum d'envoi et d'accusé réception de la CPAM à l'Université. Il est donc impératif qu'un exemplaire de la convention dûment signée par toutes les parties parvienne à votre secrétariat pédagogique avant votre départ à l'étranger.
    • En cas de gratification >  au minimum légal, il faut vérifier qu'il existe bien dans le pays d'accueil un système de protection contre le risque accidents du travail/ maladies professionnelles et que l'organisme d'accueil paie les cotisations afférentes à la couverture de ce risque. A défaut, il est recommandé de souscrire une assurance couvrant le risque accidents du travail/ maladies professionnelles.