• Le 23 avril 2021 de 14:00 à 16:00
    false false


Vendredi 23 avril 2021

14h00-16h00

Laurent Gautier et Waldemar Nazarov

La corédaction en système juridique plurilingue et le figement du sens : une analyse sémantique et traductologique des ordonnances suisses liées à la COVID-19

La langue juridique est connue pour ses diverses technicités et subtilités qui ont pour effet de souvent écarter la traduction juridique des autres domaines spécialisés. Outre le simple transfert linguistique du texte, ainsi que des caractéristiques lexicales, syntaxiques et pragmatiques spécifiques aux langues concernées par l’opération de traduction (cf. Cao 2007), la comparaison des deux systèmes juridiques en jeu se révèle, dans la plupart des cas, être un impératif (cf. Sandrini 1999).
Même à la lumière de la pandémie actuelle qui a conduit les gouvernements à prendre rapidement des mesures visant à contenir la propagation du virus, les principes juridiques fondamentaux continuent de s'appliquer. On pourrait ainsi postuler qu'un virus qui se propage rapidement peut affecter la législation, notamment en ce qui concerne l'application généralement stricte des lois. L'une des questions émergentes dans ce contexte pourrait se poser en Suisse avec son système juridique multilingue qui prend ses dispositions légales en plusieurs langues. Comme c'est le cas au niveau supranational de l'UE, le fonctionnement suisse repose essentiellement sur un système de rédaction conjointe (cf. Dullion 2014), où la traduction devient essentielle. Une question qui se pose dans ce contexte est celle de savoir quelles difficultés la traduction juridique d'une telle législation d'urgence peut poser dans un système multilingue – ici le système suisse – où, en l'espace de deux semaines seulement, deux lois COVID-19 consécutifs ont été adoptés pour remédier aux ambiguïtés de la première version rédigée à la hâte (cf. Schröter 2020). Dans ce contexte, les versions française et allemande de la toute première loi COVID-19 suisse seront examinées d'un point de vue traductologique, suivies de l'analyse des modifications et des précisions apportées par le second document.
Dans les systèmes européens de droit civil, où les lois codifiées jouent un rôle plus important que dans les nations de common law adhérant à la doctrine du stare decisis, une interprétation grammaticale ou littérale d'une loi laisse peu de place aux alternatives et aux synonymes et encore moins à l'imprécision. Par conséquent, une analyse terminologique des versions officielles ainsi qu'une approche basée sur les cadres sémantiques (cf. Busse 1997) illustreront si le choix de termes différents peut être interprété comme des incohérences et
conduire à des interprétations juridiques involontaires. Les termes français et allemands manifestation/Veranstaltung et accueillir/teilnehmen/anwesend sein en sont un exemple.